Search
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique





















Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Alain Dubas, Cisco : la complexité des infrastructures est un terreau toujours plus fertile pour les hackers

janvier 2017 par Marc Jacob

Pour Cisco, la cybersécurité est un axe stratégique important, ce qui explique sa présence à l’édition 2017 du FIC. Cette société abordera cette année le sujet de l’intégrité des équipements, hardware et software, dans la caution de la sécurité des infrastructures IT, ainsi que le thème de ‘l’industrialisation du hacking et du maintien de la souveraineté. Pour Alain Dubas, Directeur Global Security Sales Organisation South de Cisco la complexité et l’étendue des infrastructures combinées à la vitesse des attaques sont un terreau toujours plus fertile pour les hackers !

Global Security Mag : Quel est l’objectif de votre participation au Forum International de la Cybersécurité 2017 (FIC) ?

Alain Dubas : La participation de Cisco Sécurité s’inscrit dans une démarche d’échanges entre ses équipes et l’écosystème public et privé dont la mission est de concevoir et de déployer les meilleures technologies pour la sécurité des infrastructures.
La cybersécurité est un axe de développement stratégique très important pour Cisco ; d’où sa présence au FIC 2017 pour partager sa vision des principaux défis de sécurité que ce soit en termes de protection des réseaux étendus et des infrastructures critiques, dont les OIV, de stratégie de défense contre les nouvelles menaces émergentes type ransomware, d’automatisation des processus de réponse à incident, de protection des endpoints et de l’IoT, de sécurité du Cloud ou encore des facultés de threat intelligence nécessaires pour mieux appréhender et maîtriser ces challenges à l’heure du monde connecté.
Ce sera également l’occasion de soulever le sujet de l’intégrité des équipements, hardware et software, dans la caution de la sécurité des infrastructures IT, ainsi que le thème de ‘l’industrialisation du hacking et du maintien de la souveraineté : les enjeux à venir en matière de sécurité’, lors d’un atelier (le mardi 24/01 à 14h15, en salle Vauban), pour appréhender la question du maintien de la souveraineté des entreprises, dont les infrastructures sont de plus en plus fragilisées par des menaces très agressives, et où la rapidité et les capacités d’adaptation des hackers maintiennent sous pression les responsables sécurité dont la mission est de protéger les actifs vitaux de leur organisation.

GS Mag : Quelles sont les solutions de cybersécurité indispensables pour une administration ou une entreprise ?

Alain Dubas : La sécurité d’une entreprise passe d’abord par l’acquisition de solutions correctement conçues, par l’infrastructure du réseau, sa segmentation et la visibilité qu’on peut y avoir. Cette première étape peut être complétée avec les NGFW et NGIPS pour la sécurité applicative.

GS Mag : Quelles sont les principales préoccupations de vos clients ?

Alain Dubas : Aujourd’hui, le cloud, l’IoT, le blockchain, ou encore le maching Learning, sont les manifestations de l’accélération technologique sans précédent que connaissent les entreprises et dont elles doivent se servir pour tenir le rythme de l’innovation digitale. Dans ce contexte, les RSSI se trouvent à la croisée des chemins : Comment réconcilier performance, gestion des risques et conformité réglementaire (LPM, GRDP) au sein d’environnements super-étendus foisonnant de données avec une vision simple mais globale de la sécurité ?

GS Mag : Selon vous, comment la menace va t-elle évoluer en 2017 ?

Alain Dubas : De nombreuses menaces ont été identifiées pour l’année à venir, auxquelles les entreprises devront faire face et se prémunir autant que possible.
C’est la vitesse d’adaptation des hackers qui marquera certainement cette année. Ainsi, le changement régulier des menaces cyber et leur multiplication rendent difficile leur détection. Les exploits kits « de masse » comme angle semblaient déjà moins présents en 2016. Ils laisseront certainement la place à des tactiques d’attaque exploitant des failles présentes sur un cours laps de temps. Le spam et les adware resteront des vecteurs importants des attaques Ransomware.
D’autres vecteurs sont d’ores et déjà identifiés par Cisco :
• L’apparition de nouveaux petits hackers délocalisés rend les attaques plus sophistiquées et agiles.
• Le risque lié à l’explosion des applications ajoutées par les employés dans un environnement Cloud, remet en cause la sécurité même du réseau.
• Les campagnes de publicité malveillante appelées « Malvertising ».

GS Mag : Quel est votre message à nos lecteurs ?

Alain Dubas : Aujourd’hui, la complexité et l’étendue des infrastructures combinées à la vitesse des attaques sont un terreau toujours plus fertile pour les hackers. Pour autant, l’infrastructure reste le dénominateur commun des vecteurs par lesquels transitent les moteurs applicatifs, les services, ou les flux de données. Faire du réseau un centre de décision névralgique capable de voir, d’apprendre, de s’adapter et d’agir en fonction des évènements qui s’y produisent est une priorité pour les organisations.
Cisco réunit toutes les conditions pour offrir un réseau intelligent à ses clients, en étant présent à tous les points névralgiques de l’infrastructure, notamment grâce à son centre de détection et d’analyse Talos, qui identifie et répertorie toutes les menaces cyber, ses solutions Cybersécurité, fruits de plusieurs acquisitions stratégiques et son expertise Réseau.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants