Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Étude IBM : Alors que les dirigeants se précipitent vers l’adoption de l’IA générative des questions relatives aux ressources et à la gouvernance persistent

juillet 2024 par IBM

Une nouvelle étude de l’Institute for Business Value d’IBM a révélé que les dirigeants sont confrontés à des défis en termes de ressource, de culture et de gouvernance alors qu’ils accélèrent le passage à l’échelle de l’IA générative au sein de leur organisation.
L’étude mondiale annuelle* menée auprès de 3 000 dirigeants de plus de 30 pays et 26 secteurs d’activité a révélé que 72 % des dirigeants français affirment que le succès de l’IA générative dépendra davantage de son adoption par les collaborateurs que de la technologie elle-même. Cependant, 64 % des répondants pensent qu’ils favorisent l’adoption à l’IA générative et l’accompagnement au changement.

Les résultats ont également montré que près des deux tiers (64 %) des dirigeants indiquent que leurs équipes possèdent les compétences et les connaissances nécessaires pour intégrer l’IA générative, mais que peu d’entre eux perçoivent son impact sur les ressources et la culture de leur organisation. 39% des répondants français n’ont pas encore mesuré l’impact de l’IA générative sur leurs collaborateurs. Pourtant, 54 % des dirigeants disent qu’ils recrutent pour des postes liés à l’IA générative qui n’existaient pas l’année dernière, tandis que 46 % d’entre eux s’attendent à réduire ou à redéployer leurs effectifs au cours des 12 prochains mois en raison de l’IA générative.

« L’IA générative génère un enthousiasme exceptionnel, et les dirigeants souhaitent aller au-delà de cet engouement pour avoir un véritable impact sur l’entreprise. Toutefois, sans les bonnes personnes et une culture d’entreprise appropriée, les progrès risquent d’être lents, a déclaré Alex Bauer, General Manager, IBM Consulting. En intégrant l’IA générative dans leur stratégie d’entreprise, il est essentiel que les dirigeants instaurent un état d’esprit entrepreneurial qui facilite son adoption et l’accompagnement au changement ».

Parmi les autres résultats de l’étude, on peut citer :

Les effectifs sont sous pression en raison de l’adoption de l’IA générative

• 47 % des dirigeants français prévoient d’embaucher du personnel supplémentaire en raison de l’IA générative.
• Pourtant, plus de la moitié (54 %) indiquent qu’ils ont déjà du mal à pourvoir les postes clés dans le domaine de la technologie.
• Les dirigeants français déclarent que 37 % de leurs effectifs auront besoin d’un reclassement et d’une requalification au cours des trois prochaines années - alors qu’ils n’étaient que 6 % en 2021.

Les dirigeants reconnaissent qu’il faut un changement culturel pour réussir à passer à l’échelle l’IA, mais sont confrontés à des défis en matière de collaboration et d’adoption au sein de leur organisation.

• 63% des dirigeants français déclarent que le succès de leur entreprise est directement lié à la bonne collaboration entre les services financiers et technologiques, mais plus de la moitié d’entre eux (54 %) affirment que la concurrence entre leurs dirigeants entrave parfois cette collaboration.
• La plupart (80%) des dirigeants français affirment qu’inspirer leur équipe avec une vision commune produit de meilleurs résultats. Parallèlement, 41% d’entre eux reconnaissent que leurs collaborateurs ne saisissent pas pleinement l’impact des décisions stratégiques sur leur travail.
• 57 % de ceux interrogés reconnaissent que le changement culturel est plus important pour devenir une organisation axée sur les données que surmonter les défis techniques1.
• Les dirigeants citent l’adoption de l’IA générative comme étant essentielle à la réussite. Cependant, 70% d’entre eux pensent que leur organisation doit tirer parti des technologies qui évoluent plus rapidement que les capacités d’adaptation des individus.

Les dirigeants indiquent que les avantages d’une adoption rapide des technologies l’emportent sur les risques.

• 64 % des dirigeants français conviennent que la gouvernance de l’IA générative doit être établie dès la conception des solutions, et non après leurs déploiements.
• Même si 70 % des dirigeants français pensent qu’il est impossible de faire confiance à l’IA sans une gouvernance efficace déployée au sein de leur organisation, seuls 40 % d’entre eux disent avoir mis en place, aujourd’hui, une bonne gouvernance de l’IA générative.
• Dans le même temps, 73 % des dirigeants français indiquent qu’ils prendront plus de risques que leurs concurrents pour conserver leur avantage concurrentiel, plus de la moitié d’entre eux (51 %) reconnaissant que le risque d’être distancé les incite à investir dans certaines technologies avant d’en avoir bien compris la valeur1.
• 66 % des dirigeants français déclarent que les gains de productivité dus à l’automatisation sont si importants qu’ils doivent accepter des risques pour rester compétitifs.
• Alors qu’aujourd’hui 72% des répondants français n’en sont qu’au stade du pilotage et de l’expérimentation de l’IA générative, 52% d’entre eux s’attendent à être les moteurs de la croissance et de l’expansion d’ici 2026.

L’innovation en matière de produits et de services est une priorité absolue, mais l’accent mis sur les objectifs à court terme pourrait entraver les progrès à long terme

• Les dirigeants interrogés ont classé l’innovation en matière de produits et de services au premier rang de leurs priorités pour les trois prochaines années - alors qu’elle n’occupait que la sixième place en 2023.
• 56 % des interrogés en France se disent prêts à sacrifier la performance opérationnelle au profit d’une plus grande innovation.
• La majorité des dirigeants interrogés pense que l’accent mis sur les performances à court terme est le principal obstacle à l’innovation.
• Aujourd’hui, seuls 33 % des dirigeants français financent principalement leurs investissements en IA générative par de nouvelles dépenses informatiques, les 67 % restants réduisant les autres dépenses technologiques1.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants