Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Global Security Mag : Le Magazine Trimestriel sur la Sécurité, le stockage, la dématérialisation...

Global Security Mag est un magazine trimestriel sur le thème de la sécurité logique et physique publié et diffusé à 5.000 exemplaires.
Notre revue est une source d’information indispensable à tous les acteurs de la filière sécurité. Elle est destinée à tous les professionnels de la sécurité informatique et physique : RSSI, Risk Manager, DSI, Administrateurs Réseaux, etc. dans les entreprises et administrations de toute taille...
Notre publication propose un résumé de tous les articles en anglais.
Le magazine est aussi diffusé en version PDF.

Contactez-nous

Thierry Velasquez, Symantec by Broadcom Software : Les RSSI peuvent livrer le meilleur d’eux-mêmes lorsqu’ils ont de la flexibilité

mai 2022 par Marc Jacob

Pour sa nouvelle participation au FIC, Symantec by Broadcom Software annoncera le lancement de sa plate-forme “Symantec Enterprise Cloud”. Elle permet d’assurer la protection des utilisateurs, des terminaux et des applications de l’entreprise quel que soit le point d’accès et le type d’application.
Thierry Velasquez, Technology Officer France de Symantec by Broadcom Software considère que grâce à un système de sécurité intégré, flexible et toujours disponible, les RSSI peuvent assurer la sécurité et la disponibilité des collaborateurs (au bureau ou à distance), des applications, des données et des infrastructures de l’entreprise.

Global Security Mag : Quelle sera votre actualité lors du Forum International de la Cybersécurité 2022 ?

Thierry Velasquez : L’annonce du lancement de notre plate-forme “Symantec Enterprise Cloud” : la solution Symantec qui aide les entreprises à rester productives et sûres.
En effet, les grandes entreprises restent confrontées à de nombreux défis, qu’il s’agisse de protéger une main d’œuvre hybride contre un nombre grandissant d’attaques sophistiquées où d’assurer la conformité réglementaire en matière de gestion des risques et de protection des données sensibles, quels que soient les environnements : sur site, dans le Cloud ou hybrides.

La solution Symantec Enterprise Cloud accompagne les entreprises qui souhaitent adopter les principes Zéro Trust et s’appuie sur un large éventail de technologies intégrées pour la prévention des menaces et des pertes de données sur l’ensemble des points de fragilité comme les terminaux, le réseau et les services Cloud.

Global Security Mag : Quels sont les points forts des solutions que vous allez présenter à cette occasion ?

Thierry Velasquez : Symantec Enterprise Cloud est une plate-forme intégrée et unifiée construite à partir des technologies acquises ou développées par Symantec ces quinze dernières années. Elle offre la flexibilité nécessaire pour des déploiements sur site, dans le cloud et hybrides. Elle assure la protection des utilisateurs, des terminaux et des applications de l’entreprise quel que soit le point d’accès et le type d’application. Si Symantec propose ces fonctionnalités depuis longtemps, les APIs, les nouvelles interfaces, les intégrations ainsi que la consolidation des fonctions réalisées ces dernières années permettent dorénavant aux entreprises de décider, selon leur stratégie et leur degré de maturité, si elles souhaitent faire évoluer leur sécurité sur site ou commencer à déployer certaines fonctions dans le cloud.
Désormais, avec Symantec Enterprise Cloud, les entreprises peuvent faire des choix de déploiement, puis en fonction des évolutions du système d’information et de l’adoption des nouvelles technologies, décider de redéployer différemment certaines fonctions de cybersécurité sans remettre en cause les outils, les politiques et les compétences déjà en place.
La puissance de la plate-forme Symantec Enterprise Cloud repose d’une part sur les synergies et les fonctions proposées par les différentes technologies sous-jacentes et d’autre part sur les technologies de renseignement et d’analyse des menaces du plus grand réseau civil de détection au monde (Global Intelligence Network).

Global Security Mag : Depuis le début de l’année, avez-vous remarqué la montée de nouvelles cyber-menaces ?

Thierry Velasquez : Oui. Mais c’est malheureusement le cas chaque année. Il ne semble pas y avoir de limites à cette croissance, pas plus qu’à l’inventivité des groupes d’attaques.

Ce qui est le plus inquiétant, c’est le coût et la déstabilisation qu’engendrent ces menaces pour les différentes organisations dont les infrastructures critiques sont régulièrement ciblées. Lors d’une attaque par rançongiciel, qu’une organisation paie la rançon ou non, il y a de fortes probabilités que la facture se monte à plusieurs millions d’euros. A cela s’ajoute le contexte géopolitique actuel et la guerre en Ukraine qui démontrent que le sabotage ne se limite pas aux structures physiques et que les systèmes informatiques sont également ciblés pour être compromis ou détruits.

Non seulement Symantec protège ces clients mais Symantec produit très régulièrement des bulletins, des livres blancs et des analyses sur tous les types d’attaques passées, actuelles et à venir.

Global Security Mag : Comment les technologies doivent-elles évoluer pour contrer ces menaces ?

Thierry Velasquez : Commençons d’abord par rappeler que la technologie est développée par des ingénieurs hautement qualifiés. Chez Symantec, nous investissons massivement dans la R&D - à la fois pour nous assurer que nous disposons des meilleures informations sur la nature changeante des menaces de cybersécurité (les spécialistes du renseignement) et également dans la manière dont nous concevons et développons nos technologies de défense.
Nous utilisons cette expertise en matière de renseignement pour fournir les mises à jour de sécurité et une protection adaptée (basée sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine learning. Nous utilisons depuis longtemps ces techniques pour protéger avec succès nos clients contre tous les types d’attaques et nous continuerons à les utiliser pour le développement de nouvelles solutions de protection.

Si de nouvelles solutions technologies sont mises à disposition régulièrement par l’ensemble de la communauté des fournisseurs, elles imposent souvent de nouveaux investissements de la part des organisations qui doivent opérer des changements couteux sur leurs processus et leurs infrastructures. Chez Symantec nous optons pour une approche progressive, sans rupture technologique couteuse. Par exemple la prochaine évolution que nous proposons dans notre technologie de protection des terminaux reconnaît les outils de productivité individuelle et les solutions logicielles utilisées par les collaborateurs (différents d’une entreprise à l’autre) et personnalise les politiques de protection en fonction de la découverte et de l’utilisation de chaque logiciel. Nous appelons cela la protection adaptative.

A mesure que nous consolidons et intégrons davantage nos différentes briques technologiques, nous voyons la possibilité d’utiliser le « contexte » de l’utilisateur pour prendre de meilleures décisions en matière de sécurité. Parvenir à déterminer qui est l’utilisateur, quel est son profil de risque, quelle est la posture de sécurité de son terminal, le réseau utilisé et la sensibilité des informations auquel il accède, nous permet d’adapter les politiques de défense à appliquer et nous permettra de les optimiser automatiquement sans pour autant dégrader l’expérience de cet utilisateur vis-à-vis de la performance et de la qualité des accès aux applications de l’entreprise.

Global Security Mag : Selon-vous, quelle place l’humain peut-il avoir pour renforcer la stratégie de défense à déployer ?

Thierry Velasquez : Les ressources humaines ont toujours joué un rôle vital dans la sécurité et nous constatons que cela continue d’être le cas, tant au niveau stratégique qu’opérationnel.
D’un point de vue stratégique, le management détermine le niveau de risque à traiter, évalue la gamme des fonctions nécessaires et met en œuvre des processus et des technologies pour réduire ces risques.
Sur le plan opérationnel, les ressources humaines jouent un rôle majeur pour s’assurer que la technologie est utilisée au mieux et avec les meilleures compétences possibles. Même avec une technologie capable de trier et de hiérarchiser automatiquement les incidents de sécurité dans de gros volumes d’évènements, les intervenants humains doivent agir rapidement et avec précision afin de détecter ou contenir une attaque d’envergure. Il appartient également aux équipes de sécurité de s’assurer que la technologie est correctement configurée (par exemple, lors de la définition, de la révision et de la gestion des politiques).
Les collaborateurs ont également un rôle important. Alors que les organisations mettent en place des solutions de sécurité destinées à protéger l’entreprise dans son ensemble, chacun doit être conscient du risque et a un rôle à jouer pour protéger l’organisation. Un produit ou un service tentant ou une demande par e-mail très bien faite doit alerter et il est toujours préférable d’adopter une attitude prudente et vérifier les toutes les informations qui sont communiquées.

Global Security Mag : On note depuis des années une pénurie de talents, quelles actions les acteurs de la cybersécurité peuvent-ils mettre en place pour attirer de nouveaux talents ?

Thierry Velasquez : C’est exact ! Le problème des compétences est un problème de longue date et pour lequel il n’y a pas une réponse unique. Nous devons prendre du recul et avant de chercher à attirer de nouveaux talents, nous devons également examiner ce qui motive ces demandes.
Si l’on constate un niveau élevé de rotation du personnel dans une équipe de cybersécurité, nous devons absolument en comprendre les causes. Le salaire peut être une cause évidente mais le problème est susceptible d’être plus complexe, impliquant également la charge de travail, la gestion des ressources humaines, la culture d’entreprise et le sens de la récompense.
Ce sont ces aspects que vous pourrez souhaiter optimiser car non seulement vous conservez votre équipe existante, mais vous la rendrez également plus susceptible d’attirer de nouveaux talents.
Offrez-vous un travail intéressant avec des opportunités pour vos les collaborateurs ? Lorsque cette différence est faite, l’organisation est-elle capable de le montrer aux autres équipes ? Le ou les collaborateurs ont-ils la reconnaissance qu’ils méritent ?

Une autre action sera d’examiner les tâches effectuées par les équipes existantes. Une partie de ces tâches peut-elle être automatisée ? Une technologie d’analyse efficace peut réduire le temps consacré à des tâches routinières, ce qui donne du temps supplémentaire au personnel pour des tâches plus intéressantes et gratifiantes. L’automatisation ne doit pas être considérée ni traitée comme le remplacement d’un ou de plusieurs emplois, mais plutôt comme un moyen d’éliminer les tâches les plus banales et les plus consommatrices de temps, libérant ainsi les talents pour effectuer un travail plus productif et utile.

Avoir les bons outils devrait conduire à une plus grande satisfaction au travail et en fin de compte, retenir les meilleurs talents.

Global Security Mag : Quel message souhaitez-vous transmettre aux RSSI ?

Thierry Velasquez : Le RSSI d’aujourd’hui doit être en capacité de s’adapter rapidement aux changements. Les entreprises sont aujourd’hui confrontées à de nombreux défis et les récents événements tels que la pandémie de COVID ou la guerre en Ukraine soulignent le besoin d’adaptabilité.
Les CISO peuvent livrer le meilleur d’eux-mêmes lorsqu’ils ont de la flexibilité. Flexibilité dans la façon dont ils déploient, gèrent et réaffectent les technologies et les ressources humaines. Par exemple, être en mesure d’exploiter un environnement mixte de cyberdéfense sur site et dans le cloud signifie que les délais de transition peuvent être respectés pour s’adapter à la stratégie d’évolution numérique de l’entreprise. Enfin, les systèmes de sécurité intégrés offrent une plus grande flexibilité. Un modèle de politique de protection des données standardisé qui s’applique de la même manière sur tous les points de contrôle facilite l’adoption itérative de la stratégie numérique.
Grâce à un système de sécurité intégré, flexible et toujours disponible, les RSSI peuvent assurer la sécurité et la disponibilité des collaborateurs (au bureau ou à distance), des applications, des données et des infrastructures de l’entreprise.

Pour en savoir plus :
Thierry Velasquez
mail : thierry.velasquez@broadcom.com
https://www.broadcom.com/products/cyber-security
Twitter | LinkedIn


Articles connexes:

Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants