Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La numérisation de nos documents d’identité est déjà en bonne voie

juillet 2023 par Marc-Julian Siewert, PDG de Veridos

Le début des vacances d’été est une bonne occasion pour examiner de plus près nos documents de voyage. Dans ce domaine aussi, la numérisation progresse de manière spectaculaire grâce au développement des puces intégrées, à l’apprentissage automatique et à l’utilisation de l’intelligence artificielle. Veridos, premier fournisseur mondial de solutions d’identité intégrées, fait le point sur nos passeports et cartes d’identité actuels.

Les cartes d’identité et les passeports sont toujours des documents physiques, mais ils sont de plus en plus souvent complétés par des fonctions numériques ou font l’objet d’un processus de numérisation pendant leur production et leur utilisation. Cette transformation numérique couvre l’ensemble du cycle de vie des documents, des contrôles qualité réalisés dans les usines de fabrication des passeports au déploiement de services numériques accessibles sur smartphone. Désormais, les citoyens et les autorités peuvent utiliser les documents de manière plus sûre, plus rapide et plus fluide. Veridos nous donne quatre exemples de la manière dont la numérisation ouvre la voie à nos documents d’identité.

1. L’intelligence artificielle au service des contrôles qualité réalisés pendant la phase de production. Les premiers contacts entre les documents d’identité et les technologies numériques modernes interviennent très tôt dans leur cycle de vie. Déjà dans l’usine, les processus de fabrication sont assistés par l’intelligence artificielle (IA) afin de garantir la production d’échantillons précis et exempts d’erreurs. En effet, certains documents comportent plus de 50 éléments de sécurité, parmi lesquels de minuscules éléments imperceptibles à l’œil nu. Néanmoins, les dispositifs de contrôle, tels que ceux utilisés aux postes de contrôle frontaliers, peuvent détecter ces éléments et sonner l’alerte au moindre écart d’un millimètre. L’avantage de l’IA réside dans sa capacité à améliorer continuellement sa compréhension des écarts acceptables grâce aux données empiriques issues de dispositifs de contrôle du monde entier, ce qui permet de garantir un apprentissage et une amélioration continus.

2. Intégration de puces électroniques dans les passeports et d’autres documents similaires. De nombreux documents d’identité du monde entier sont désormais dotés d’une puce électronique dans laquelle sont stockées les données permettant d’identifier le titulaire de la pièce d’identité, telles que les empreintes digitales. Et c’est par cette puce que les utilisateurs finaux entre en contact avec le monde de la numérisation, car elle fait office de pont entre le monde physique et le monde numérique. Intégrée dans la couverture du passeport ou directement dans les différentes couches du document d’identité, elle permet de transmettre les données du titulaire, sans devoir passer d’un support à l’autre, à des appareils électroniques tels qu’un smartphone ou des eGates (portiques de contrôle) dans les aéroports, pour un processus de vérification numérisé.

3. Utilisation des documents d’identité sur un smartphone. La puce intégrée permet, entre autres, d’utiliser des documents sous forme numérique grâce à des applications pour smartphone. Ces applications, mises au point par les gouvernements afin de garantir un échange de données sécurisé et protégé, permettent aux utilisateurs de transférer des données personnelles de leur passeport électronique vers leur téléphone. Une fois que ces données sont stockées en toute sécurité dans l’application, les utilisateurs peuvent les utiliser pour s’enregistrer lors d’un voyage, demander un visa ou bien encore fournir des données personnelles à des applications de santé. Ce document virtuel n’est pas encore tout à fait comparable à sa version physique, mais c’est un premier pas pour aller encore un peu plus loin dans la numérisation des documents.

4. Reconnaissance d’images de documents basée sur l’IA pour un contrôle plus rapide aux frontières. Dans un avenir proche, d’autres avancées technologiques basées sur l’IA seront couramment utilisées pour vérifier les documents d’identité. Les projets pilotes axés sur la lecture automatique des tampons apposés sur les passeports en est un bel exemple. Ces projets s’appuient sur une combinaison de technologies de reconnaissance d’images et de reconnaissance optique de caractères (OCR) basées sur l’IA pour analyser les habitudes de voyage des individus en fonction des tampons figurant sur leur passeport. Le système identifie les tampons et en extrait des informations importantes, telles que les dates d’entrée et de sortie, afin d’en déduire les habitudes de voyage du titulaire du passeport. Par conséquent, les agents n’ont plus besoin d’examiner manuellement les tampons des passeports pour déterminer les pays visités, la durée des séjours et l’ordre chronologique des visites.

« La numérisation gagne progressivement les documents d’identité, même si l’utilisateur final n’en a pas toujours conscience, explique Marc-Julian Siewert, PDG de Veridos. Les opportunités que représente cette transformation numérique pour les documents physiques sont considérables. Elles vont révolutionner la façon dont nous voyageons et dont nous utilisons notre identité légale. Et surtout, les possibilités qui entourent l’IA sont attrayantes et permettront également de simplifier les processus des pays du monde entier, tout en offrant une sécurité accrue – toujours sous réserve que les implications éthiques de cette technologie soient correctement prises en compte ».


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants