Search
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique





















Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Kroll Ontrack : Virtualisation et cryptage des données représentaient les plus grands challenges de la récupération de données pour les entreprises en 2012

janvier 2013 par Kroll Ontrack

L’utilisation croissante d’appareils mobiles sur le lieu de travail et l’adoption généralisée de la virtualisation ont entraîné une hausse des demandes de récupération de données à travers le monde en 2012, selon Kroll Ontrack, leader sur le marché de la récupération de données, de la recherche d’informations et de preuves informatiques. La course à la baisse du prix des disques SSD encouragera d’autant plus leur adoption et multipliera encore plus les demandes de récupération de données en 2013.

En 2012, l’adoption massive des environnements virtuels par les PME s’est accompagnée d’une augmentation du nombre de perte de données dans ces environnements. Plus précisément, les techniciens de Kroll Ontrack ont constaté une hausse de 10 % des erreurs dues aux utilisateurs, comme la suppression accidentelle de disques virtuels par des administrateurs.

Le cryptage s’est avéré être un autre élément majeur de la récupération de données en 2012. Tandis que les périphériques protégés par un cryptage matériel se sont généralisés, l’utilisation du cryptage logiciel a quant à elle diminué. Les constructeurs ont commercialisé en standard leurs disques durs externes avec la fonctionnalité de cryptage active. Les utilisateurs ignoraient souvent que leur cryptage matériel était actif, pensant que le disque dur était simplement protégé par mot de passe. Si les disques cryptés sont certes plus sûrs, le cryptage ajoute une couche supplémentaire de complexité, et rend la récupération des données perdues plus ardue.

Outre la virtualisation et le cryptage, les appareils mobiles influent également sur les tendances en matière de récupération de données. Kroll Ontrack a constaté un accroissement des demandes de récupération de données sur les appareils mobiles en 2012, en lien avec la généralisation des appareils personnels (BYOD) sur le lieu de travail. Plus précisément, le ratio est passé de 50 % de disques durs pour ordinateur de bureau (format 3,5 pouces) contre 50 % de disques durs pour ordinateur portable (format 2,5 pouces ou inférieur) en 2010 à 20 % de disques durs pour ordinateur de bureau contre 80 % de disques durs pour ordinateur portable (ce chiffre inclut également les disques durs externes, les tablettes et les téléphones) en 2012.

"Cette année, outre le phénomène d’utilisation des appareils personnels sur le lieu de travail, nous avons constaté une hausse significative de l’utilisation des disques SSD dans les ordinateurs portables, ainsi qu’une hausse de l’utilisation des disques durs externes", remarque Paul Dujancourt directeur général de Kroll Ontrack France.

"Cette tendance a induit de nouveaux facteurs de risque pour les entreprises comme pour le grand public. La récupération de données sur les disques SSD est plus complexe que sur les disques durs traditionnels. L’utilisation de disques durs externes personnels génère un surplus de risques liés à la perte ou à la défaillance de ces appareils dont les données ne sont pas correctement sauvegardées."

Prévisions pour 2013 : disques SSD, mobilité et migration

Pour 2013, Kroll Ontrack prévoit que les disques SSD continueront à générer des pertes de données pour les entreprises et les particuliers. La complexité du stockage des données sur les disques SSD rend la récupération de données extrêmement spécialisée et chronophage. La récupération des données d’un seul disque SSD peut être aussi complexe que celle d’un système RAID comportant 8, 16 ou même 32 disques.

"Les disques SSD sont une technologie récente et très peu de spécialistes de la récupération de données ont la capacité de gérer les couches RAID et SSD nécessaires pour reconstruire les structures de données en cas de défaillance", souligne Paul Dujancourt. "La récupération nécessite des outils et logiciels spécialisés, sans compter un investissement important dans la recherche et développement, car les données sont stockées de façon différente sur chaque disque. Lorsqu’elles évaluent le processus de choix des disques SSD par rapport aux disques durs traditionnels, les entreprises doivent veiller à prendre en compte l’éventualité d’une perte de données et la nécessité d’une récupération de données plus longue."

Les nouvelles plates-formes mobiles telles que Microsoft Surface et Microsoft Office 365 encourageront un peu plus l’utilisation des appareils mobiles au travail en 2013. Les entreprises devront trouver des moyens d’accueillir cette tendance dans un environnement sécurisé, en planifiant également la récupération et la destruction des données.

La migration vers de nouvelles plateformes informatiques peut se révéler compliquée pour les entreprises. Elles risquent de perdre des données vitales lors du processus si elles ne parviennent pas à sauvegarder correctement leurs données. C’est par exemple le cas de Windows Server 2012, anciennement Windows Server 8, qui incorporera un nouveau système de fichiers. Windows 2012 intègre lui aussi un nouveau système de fichiers (ReFS), ainsi qu’un nouveau système de gestion du stockage (Storage Spaces).

"La technologie continue de progresser pour améliorer les performances des entreprises, mais la contrepartie est que les données peuvent être en danger durant la phase de transition si les entreprises ne font pas de sauvegardes efficaces" ajoute Paul Dujancourt. "Notre rôle est d’anticiper les nouvelles technologies résultant de l’utilisation des nouveaux médias, c’est pourquoi nos développeurs sont déjà en train d’étudier tous ces nouveaux systèmes afin d’inclure leur prise en charge dans nos outils."




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants