Search
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique





















Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Fabrice Clerc, C.E.O, 6CURE : Les RSSI prennent consciences de la nécessité de lutter contre les DDoS

octobre 2012 par Marc Jacob

Durant les Assises de la Sécurité, 6CURE présentait sa solution de lutte contre les attaques sur la toile, en particulier les DDoS. Fabrice Clerc, C.E.O, 6CURE a constaté un intérêt certain des RSSI qui ont été particulièrement intéressés par sa conférence sur la présentation d’exemples concrets d’attaques bien spécifiques. Fabrice Clerc, C.E.O, 6CURE a constaté une prise de conscience accélérée de la nécessité de lutter contre ce type d’attaque par les RSSI.

GS Mag : Qu’avez-vous présenté aux Assises de la Sécurité 2012 ?

Fabrice Clerc : Nous avons présenté nos solutions de caractérisation fiable et rapide des attaques détectées, d’aide à la décision et à la mise en œuvre de la réaction la plus adaptée à chaque attaque, et plus spécifiquement nos solutions de lutte contre les attaques de type DDoS.
Le thème de notre atelier constituait d’ailleurs un focus sur différents types d’attaques DDoS et sur la façon de les contrer. A cette occasion, nous avons mis l’accent sur la nécessité de neutraliser les attaques, tout en préservant l’acheminement des données légitimes et la continuité de services. Nous sommes d’ailleurs ravis de constater que ce point, qui nous semble fondamental, fait sens, puisqu’il est repris en particulier par d’autres acteurs de la lutte anti-DDoS.

GS Mag : Quels sont les tendances du marché de la sécurité pour 2013 ?

Fabrice Clerc : En ce qui concerne les attaques de type DDoS, elles se multiplient, gagnent en puissance, sont de plus en plus facile à lancer, et occasionnent des pertes de plus en plus importantes aux organisations visées. Elles sont également multiformes, de plus en plus difficiles à détecter et à contrer. Elles sont aussi de plus en plus impliquées dans des attaques plus complexes, visant des enjeux différents, vis-à-vis desquelles elles servent de « préparation d’artillerie » pour favoriser leur succès. Nous constatons une prise de conscience accélérée de la nécessité de lutter contre ce type d’attaque. Les avis recueillis auprès des RSSI pendant les Assises nous font également penser qu’il ya un réel besoin de solutions offrant davantage de simplicité d’utilisation, de visibilité, et d’aide à la décision, de manière à remettre l’opérateur humain au cœur du dispositif de défense. Enfin, de plus en plus d’interlocuteurs nous font part de leur souhait de disposer de solutions françaises ou européennes, afin de mieux contrôler la façon dont leurs infrastructures sont protégées.

GS Mag : Comment a été perçu votre conférence aux Assises de la Sécurité ?

Fabrice Clerc : Manifestement, notre atelier a suscité beaucoup d’intérêt, si l’on en juge par les nombreuses questions posées. Certains exemples concrets d’attaques bien spécifiques, évoqués afin d’illustrer la présentation, ont d’ailleurs visiblement été très parlants pour certains interlocuteurs, et ont peut-être provoqué une prise de conscience accrue de la réalité de certaines vulnérabilités.

Nous savons d’ailleurs aussi que notre présentation a été l’occasion d’une grande frustration pour certains auditeurs inscrits qui n’ont pas eu la possibilité d’accéder à salle de conférence, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Nous en avons rencontré quelques uns ultérieurement sur notre stand, nous restons à la disposition de tous les autres pour réitérer cette présentation.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Fabrice Clerc : Nous tenons tout d’abord à remercier les personnes rencontrées pendant les Assises pour l’intérêt qu’elles ont porté à nos solutions. Elles ont pu découvrir que nous valorisions des technologies mises au point initialement pendant plusieurs années au sein de structures R&D de niveau mondial, en s’appuyant sur une expertise reconnue internationalement, et dédiée déjà depuis longtemps à neutraliser intelligemment certaines attaques (avant même qu’elles ne se démocratisent et que certains acteurs n’en fasse leur nouveau cheval de bataille). Elles ont pu mesurer également tout l’intérêt de nos solutions, en discutant notamment avec nos experts sur des cas délicats.
Nous réitérons aussi notre invitation envers les RSSI qui n’auraient pas eu le loisir de nous rencontrer aux Assises, et nous restons à leur disposition pour leur présenter nos solutions, et surtout pour les aider à répondre à leur problématique en matière de lutte anti-DDoS.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants