Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Global Security Mag : Le Magazine Trimestriel sur la Sécurité, le stockage, la dématérialisation...

Global Security Mag est un magazine trimestriel sur le thème de la sécurité logique et physique publié et diffusé à 5.000 exemplaires.
Notre revue est une source d’information indispensable à tous les acteurs de la filière sécurité. Elle est destinée à tous les professionnels de la sécurité informatique et physique : RSSI, Risk Manager, DSI, Administrateurs Réseaux, etc. dans les entreprises et administrations de toute taille...
Notre publication propose un résumé de tous les articles en anglais.
Le magazine est aussi diffusé en version PDF.

Contactez-nous

Dagobert Levy, TANIUM : Les RSSI doivent passer de l’image du blocker à celui d’enabler !

octobre 2022 par Marc Jacob

Pour les Assises, Tanium présentera deux innovations Tanium Insight et Tanium Benchmark. Pour Dagobert Levy, VP South EMEA chez TANIUM Les RSSI doivent passer de l’image du blocker à celui d’enabler !

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion de l’édition 2022 des Assises ?

Dagobert Levy : Tanium continue de se développer et d’investir autour de trois principaux axes :

1/ La fourniture de données. La plateforme Tanium est à la fois un fournisseur et un récepteur de données, en temps réel, sur l’ensemble des endpoints. Ce sont ces données tangibles et fiables qui permettent aux dirigeants et aux responsables de prendre les bonnes décisions.

2/ Tanium, grâce à ses capacités uniques de visibilité et de contrôle en temps réel sur l’ensemble des endpoints – connus ou non – d’un système d’information, permet aux responsables de mettre en place et d’entretenir une cyberhygiène. Que ce soit pour la recherche, l’indentification ou le patching, la plateforme Tanium met à disposition toujours plus de capacités, de manière très simple, pour conserver la maitrise de son parc informatique. Cette visibilité et ce contrôle permettent également de connaitre sa position en matière de risque, par exemple en étant capable de mesurer si une organisation est exposée à une faille zero-day, de circonscrire une compromission, en isolant les postes concernées, et de procéder à la remédiation en reprenant rapidement le contrôle des machines incriminées.

3/ Le troisième axe de notre développement est le renforcement de notre partenariat avec Microsoft sur 2 niveaux.

Au niveau technologique : Tanium fournit des données à Azure Sentinel de telle façon à ce que Microsoft puisse tirer le meilleur de ses outils de forensics et d’analyse, en s’appuyant sur des données fiables fournies par Tanium et ce, à très grande échelle. Ce partenariat permet également de renforcer le pilotage et l’amélioration des outils Microsoft, avec un approfondissement de l’intégration avec Defender et Intune. Par ailleurs, nous allons présenter une nouvelle intégration à Microsoft Ignite autour du Zero Trust et de la conformité.

Au niveau stratégique : nous développons notre écosystème de partenaires, et cette année nous réalisons un focus sur Microsoft. D’ailleurs, la plateforme Tanium est désormais disponible sur l’Azure Marketplace.

Aux Assises, nous allons présenter deux innovations. La première concerne Tanium Insight, c’est-à-dire la capacité de Tanium à aller toujours plus loin dans la visibilité et montrer comment on peut utiliser cette visibilité pour résoudre des problèmes immédiatement.

La seconde porte sur Tanium Benchmark, qui s’appuie sur les retours des clients Tanium pour se positionner et évaluer sa posture de sécurité, de conformité etc. C’est un outil de comparaison qui permet à nos clients de se situer par rapport à leur marché.

Nous continuons bien sûr d’innover pour optimiser et fournir à nos clients des services toujours plus performants.

GS Mag : Quels sont les points forts de la solution que vous allez présenter ?

Dagobert Levy : Pour Tanium Insight, comme je viens de l’expliquer, il s’agit d’augmenter la capacité d’aller plus loin dans la visibilité et de montrer comment on peut utiliser cette visibilité pour résoudre des problèmes immédiatement.
Pour Tanium Benchmark, c’est la capacité à être capable de s’évaluer, à un instant T mais aussi dans le temps, et donc de pouvoir mesurer ce qui a été accompli en matière de posture de sécurité et de gestion du risque.

D’ailleurs, Tanium investit beaucoup pour lutter contre l’idée reçue qui tend à dire qu’un agent sur un endpoint est forcément consommateur de ressources et de temps. C’est un point très important pour nous, d’autant plus qu’il est faux. Au contraire, l’agent Tanium est économe en ressources, et est capable de réaliser tout seul ce qui nécessiterait plusieurs agents mono tâche.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour aider les entreprises à lutter contre les cybermenaces ?

Dagobert Levy : En fait, il y a trois choix de positionnement stratégiques qui s’offraient à Tanium dans le cadre de la lutte contre les cybermenaces :

La prévention, c’est-à-dire être en capacité de faire les bons choix pour faire en sorte que les attaques n’arrivent pas. La réaction, qui correspond à la capacité à réagir en cas de problème et donc de remédier à la crise. Et enfin, la protection des endpoints par blocage, anti-virus etc.
Tanium s’est toujours concentré à développer son expertise et ses solutions autour de la prévention et de la réaction. Nous ne comptons pas nous positionner sur la protection des endpoints par anti-virus.
Nous nous focalisons principalement sur la capacité à fournir à nos clients des solutions pour la prévention, notamment via l’amélioration de leur cyber-hygiène, et pour la réaction/remédiation.

Nous laissons le blocage des menaces aux spécialistes de ces technologies. Nous sommes complémentaires avec nos expertises en prévention et en résolution de crises. C’est ce que nous voyons de plus en plus chez nos clients.

Les clients ne veulent plus acheter une solution pour faire face à une seule et unique menace. Ils sont beaucoup plus enclins à revenir aux fondamentaux afin de mettre en place une meilleure posture globale de sécurité. C’est un peu comme comparer l’utilisation d’un médicament pour soigner un symptôme en particulier, par exemple l’hypertension et adopter une hygiène de vie saine en s’appuyant sur la nourriture, le sommeil, le sport, etc.

GS Mag : Quels sont vos conseils en la matière, et plus globalement pour limiter les risques ?

Dagobert Levy : En premier lieu, il faut se doter d’une capacité à identifier le risque, puis à le mesurer. Ensuite, il faut évaluer le meilleur rapport, dans les actions que l’on peut mettre en place, l’efficacité à faire baisse le niveau de risque. Cela varie d’une organisation à une autre, en fonction de ses spécificités, de son marché et des outils existants.

Par exemple, on peut se retrouver dans une situation où tous les postes sont vulnérables à un certain type d’attaque, mais si les outils de protection (anti-virus, firewalls) sont bien configurés, ces postes ne seront pas impactés. Dans ce cas, est-il vraiment utile de travailler sur cette vulnérabilité ? Il vaut mieux concentrer ses ressources sur les problèmes que les outils de sécurité existants ne traitent pas.

Il faut donc être capable, lorsque l’on apprend l’existence d’un nouveau problème, d’évaluer si l’on est vulnérable et à quel point l’on risque d’être impacté. Dans le contexte actuel où la pénurie des ressources se fait sentir, la priorisation des actions est un élément clé.

Pour parvenir à limiter les risques et préserver les ressources pour les actions prioritaires de l’entreprise, il faut développer l’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée.

Il est également important d’avoir une gouvernance forte en matière de gestion des risques. Sans un réel appui de la direction, les actions ne seront pas complètement mises en œuvre. Par exemple, pour une campagne de patching qui fait souvent l’objet de critiques de certains départements métiers en raison des éventuels ralentissements ou interruptions de service, il est très important que la direction donne son appui. Connaissant l’importance du patching pour limiter les risques, cet appui est d’autant plus crucial pour s’assurer du bon déploiement de la campagne.

Autre point important dans la limitation des risques : être capable de mesurer la progression de la gestion du risque. Il faut donc se fixer des objectifs et être capable de mesurer leur atteinte ou non. Il faut donc monitorer la gestion des risques. Ceci permet notamment d’éviter « l’essoufflement » des directions informatiques face à ce qui est perçu comme « un puits sans fin ».

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux RSSI ?

Dagobert Levy : Certaines technologies permettent d’avoir une approche plus consensuelle, plus transverse que d’autres. C’est le cas des technologies Tanium, qui peuvent vous aider à devenir un ‘enabler’ pour chaque entité de votre organisation. Vous allez devenir un vecteur d’amélioration, car vous allez pouvoir les former et les aider à améliorer leur quotidien. Passons de l’image du blocker à celui d’enabler !


Articles connexes:

Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants